top of page

Doit-on s'entraîner lorsqu'on est malade? : Le dilemme entre repos et exercice




Lorsqu'un rhume, une grippe ou tout autre maladie s'installe, la question de savoir s'il faut continuer à s'entraîner ou opter pour le repos complet se pose souvent. Cette décision peut être délicate, car il existe des opinions divergentes sur la manière de gérer son activité physique pendant un virus. Dans cet article, nous explorerons les avantages et les inconvénients de s'entraîner lorsqu'on est malade et les conseils à suivre pour prendre la meilleure décision pour votre santé.


Les avantages de s'entraîner lorsqu'on est malade :


1. Stimulation du système immunitaire : Des études suggèrent que l'exercice modéré peut renforcer le système immunitaire, aidant ainsi le corps à lutter contre les infections.


2. Amélioration de l'humeur : L'activité physique libère des endorphines, des hormones du bien-être, qui peuvent aider à soulager les symptômes de la maladie et améliorer l'humeur.


3. Maintien de la routine : Pour certains, maintenir une routine d'entraînement régulière peut être essentiel pour la santé mentale. S'entraîner légèrement peut aider à ne pas interrompre complètement cette habitude.



Les inconvénients de s'entraîner lorsqu'on est malade :


1. Risque de complications : Lorsqu'on est malade, le corps est souvent affaibli, et l'exercice intense peut augmenter le risque de complications, notamment les infections respiratoires.


2. Fatigue accrue : L'énergie du corps est souvent dirigée vers la guérison pendant la maladie. S'entraîner peut aggraver la fatigue et prolonger la période de convalescence.


3. Contagion : En fréquentant des espaces d'entraînement publics, il existe un risque de propager la maladie à d'autres personnes.



Conseils pour décider de s'entraîner ou non :


1. Écoutez votre corps : Si vous ressentez une fatigue intense, des douleurs musculaires ou d'autres symptômes graves, il est préférable de prendre du repos.


2. Choisissez des activités douces : Si vous décidez de vous entraîner, optez pour des exercices légers comme la marche, le yoga ou la natation.


3. Évitez les espaces publics : Si vous choisissez de vous entraîner, le faire à la maison peut réduire le risque de propager la maladie.



En fin de compte, la décision de s'entraîner lorsqu'on est malade dépend de la gravité des symptômes et de la tolérance individuelle. Écouter son corps, opter pour des exercices doux et prendre des précautions pour éviter la contagion sont des éléments clés dans la prise de décision. Si les symptômes persistent ou s'aggravent, il est toujours recommandé de consulter un professionnel de la santé avant de reprendre une activité physique normale.




Sources:


bottom of page